La politique des villes : avantageuse pour tous

Lancée vers le début des années 80, la politique des villes est une sorte de système de gouvernance publique qui dispose de quelques points d’exception. Cette politique des grandes villes, élaborée par le pouvoir public régional ou local a d’abord pour optique de réduire considérablement les inégalités sociales. Elle tend également à minimiser l’écart de développement entre différentes régions ou villes. La politique des villes pour la politique sociale se présente aussi comme une volonté, des projets étatiques ayant pour but de favoriser la cohésion sociale. Pour cela, diverses entités procèdent à la mise en œuvre de toutes sortes d’interventions auprès des quartiers urbains en difficultés. Qu’est-en-t-il vraiment de cette notion ? Faisons le point sur cette politique qui vise à mettre tout le monde sur le même piédestal.

Une approche assez globale ?

La politique des villes se montre toujours sous une forme globale. Elle associe sur plusieurs points, les dimensions urbaines, différents concepts économiques et sociaux. Dans le cadre d’une initiative des villes pour la politique sociale, les domaines d’interventions peuvent s’étendre sur différents secteurs tels que l’habitat, la santé, l’emploi, la citoyenneté ou encore le système de la retraite. Bien que disposant de quelques détails de ressemblance, la politique des villes ne doit pas être amalgamée avec la politique sociale ou d’urbanisation factionnée par les communes. Bon nombre de citoyens voient assez floue lorsqu’il s’agit de faire la différence entre politique de la ville et actions gouvernementales sociales. Pour ne pas confondre les deux concepts, nous vous proposons ainsi quelques précisions sur le dispositif substantiel qu’est la politique des villes.

Politique de la ville : définition

Si l’on définit l’initiative des villes pour la politique sociale ou en d’autres termes, la politique des grandes villes, on peut disposer de ces quelques notes de précisions. Ce concept peut être en effet traduit par quatre types d’interprétations dont :

  • Une politique interministérielle : c’est le Comité interministériel à la ville ou CIV qui s’occupe de l’orientation de ce système et prend toutes les décisions relatives à la politique des villes nouvelles. Cette commission se compose de l’ensemble des ministres. C’est le secrétariat général du CIV qui assure la conception, l’animation et la mise en œuvre de la politique de la ville.
  • Une politique contractuelle : Les Contrats urbains de cohésion sociale ou CUCS établissent un partenariat avec l’État et une institution publique de coopération intercommunale. Les priorités de la politique de ville seront ensuite définies en fonction de l’accord et décision des deux parties.
  • Une politique territorialisée : Les quartiers défavorisés ou en difficultés seront classés comme prioritaires. La politique de la ville s’appliquera ainsi au niveau local, avec des suivis de projet par la Préfecture.

Une politique d’exception : La politique des villes financera des actions ayant pour but de corriger les inégalités sociales. Ce concept sera un complément aux différents projets de droit commun habituels entrepris par les ministères. Cette politique constitue en effet, un différentiel qui permet à ces actions de faire preuve de plus d’efficacité. Bien entendu, la politique des villes a aussi ses propres priorités.

Articles connexes

septembre 11, 2018